Trottinette électrique : comment maîtriser les risques ?

Vers une réglementation liée aux nouveaux engins de déplacement personnel

trottinette_electrique_en_ville_sur_le_trottoir.jpg


Si vous habitez dans une ville ou son agglomération vous avez certainement vu dernièrement apparaître de nouveaux engins de déplacement.

Si vous ne fréquentez pas les villes, vous avez quand même dû entendre parler de cette nouvelle pratique du Free-Floating¹, qui est venue régulièrement en tête de l’actualité ces dernières semaines.


Pour tout savoir sur les risques que présentent trottinettes électriques, hoverboard, segway et les autres EDP (Engins de Déplacement Personnel), les chiffres et textes de lois ou encore le projet de la Fondation MAIF en lien avec ces objets roulants pas encore tous identifiés, vous êtes au bon endroit !

En 2017, les accidents impliquant les nouveaux engins de déplacement personnel ont fait 285 blessés et 5 morts.

En cause, la vitesse. Les trottinettes électriques peuvent aller jusqu’à 25 km/h et leurs utilisateurs sont souvent sans casque.

Loi d’orientation des mobilités et les engins de déplacement personnel

Selon Elisabeth Borne, le développement des trottinettes électriques et gyropodes pour la mobilité du quotidien est une bonne nouvelle, mais il faut les développer dans un cadre harmonieux.

Les piétons sont les plus impactés par l’apparition de ces nouveaux modes de déplacement.

Le projet de loi sur les mobilités indique qu’il faut « fixer les modalités selon lesquelles les engins de déplacement personnels peuvent circuler ».

Le Code de la Route modifié

Une nouvelle catégorie de véhicule Une nouvelle catégorie de véhicule sera créée par le gouvernement pour donner un cadre aux engins de déplacement personnel.

Le gouvernement va prendre des mesures pour faire face à cette hausse d’accidents en interdisant les EDP sur les trottoirs.

En revanche, faire de la trottinette électrique sera possible sur les pistes et les bandes cyclables ou dans les zones limitées à 30 km/h.

Elisabeth Borne - Les nouveaux engins de déplacement font partie de ces nouvelles solutions mais une innovation n’est positive qui si elle se développe dans un cadre adapté. Il en va de la sécurité tant des piétons que des utilisateurs.

Un cadre pour les services de free-floating

Avec une utilisation en plein essor grâce au free-floating dans les grandes agglomérations, le projet de loi proposera aussi un cadre pour développer ces services, où les vélos et les trottinettes sont en libre-service sans borne de stationnement.

Actuellement ce qui pose un problème c’est que les trottinettes peuvent être abandonnées n’importe où et cela gêne considérablement la circulation à pied !

Fondation MAIF et ces nouveaux engins

La Fondation MAIF soutient un nouveau projet qui cherche à accroître les connaissances des risques liés aux nouveaux engins de déplacement personnel.

Piéton augmenté ou objet roulant non-identifié, le projet vise à établir les profils des utilisateurs de ces nouveaux engins et à attribuer un niveau de risque d’accident aux engins eux-mêmes.

Les acteurs du free-floating doivent donc être aussi sensibilisés et responsabilisés. La loi, qui sera présentée avant la fin du mois, permettra aux collectivités de définir des cahiers des charges, pour que ces nouvelles mobilités soient encadrées de façon harmonieuse.

Affaire à suivre donc !

¹ Le Free-Floating est la pratique qui consiste à mettre en libre-service un engin (trottinettes, vélos, hoverboard ou encore segway)


A voir aussi